Articles

Affichage des articles du avril, 2016

Mon cerveau

Il y a un homme derrière la vitre
Qui me fait de grands signes.
Je ne sais pas qui c'est :
C'est peut-être un temple,
Une soucoupe volante,
Un ogre, une tortue,
Un coléoptère, une panthère,
Une loutre ou un aigle.
Il y a un homme derrière la vitre
Qui me parle.
Il me raconte sa journée.
Il était assis là entre deux horloges,
Un gang de fourmis est venu
débusquer son tronc d'arbre
Et il est reparti.
Je pense parfois que mon cerveau
A un temple entre ses méninges
Où l'on prie un peu trop souvent.
Il y a des chants, des incartades,
Des policiers sans main
Qui pincent les cierges.
Mon cerveau cherche un autre cerveau
Pour l'accompagner dans ses prières.
Il fait froid,
Je jette mes cheveux contre un âne.
Il fait froid.
Mon cerveau campe.

Mon hippocampe.

Le petit effort

Le petit effort
Que ma mère a fait pour me sortir de son ventre
A été payant.
J'ai des yeux aux jambes
Et des morsures de loups au crâne.
Je pense que mes pensées viennent
Et s'arrêtent sur un chemin de campagne.
Elles dansent, elles font des cabrioles,
Aussi théâtrales qu'un ogre en Espagne.
Je rééquilibre le monde avec ma pensée.
Je change la direction économique des pays,
Je traîne la patte pour faire plaisir
Aux gens de mon quartier.
Les masques rouges tournent
Autour de mon visage,
Je fais une vidange
Avant de repartir
Sur les routes d'Espagne

Avec un koala américain.

dés

Le plastique fait des miracles.
Le matin, je me lève avec une douleur au bas du dos,
Je pense que c'est l'appendicite.
Mais non, ce n'est pas l'appendicite,
C'est juste une douleur au bas du dos.
Je tourne ma tête à 360°,
Je regarde Paris dans toute sa splendeur
Et je joue aux dés avec Dieu.
Il tombe sur le six,
Je tombe sur le cinq.
Je me sens proche de lui.
Il me raconte des histoires.
On parle de la création.
Il est un peu plus avancé que moi.
Mais j'ai toujours une douleur au bas du dos.
Je lui demande : « Pouvez-vous rendre mon dos
Beau et soyeux comme au premier jour ?
-Je dois d'abord dégonfler vos yeux » qu'il me répond.
Alors il dégonfle mon iris durant quelques heures.
J'ai toujours une douleur au bas du dos.
Je tape sur mon crâne pour qu'il chante.
Il chante avec moi quelques chansons italiennes.
Dieu me tape dans la main et pousse la chansonnette.
J'ai toujours une douleur au bas du dos,

Mais je chante.

Si la vie frôle

Si la vie frôle le ventre
Du Monsieur d'en haut,
On n'est pas rendu.
Le matin, je tapote un nuage
Pour y faire tomber son sel.
Le soir,
J'enquille des milliers de roses
Au fond de mon estomac
Pour mieux parler
Aux dames.
Le silence à quatre fonds,
Tous plus profonds les uns que les autres.
Je crie dans un globe en cristal.
Il y a des échos,
Les échos longs des violons de l'hiver.
Cela me fait froid dans le dos
Et chaud à la gorge.
Les journées s'étirent au bureau
Pendant que Dieu compte le nombre
D'êtres humains à la louche.
Un astre se jette contre la Terre.
Il lui fait un enfant.

Un enfant aux yeux globuleux.