Articles

Dentifrice

Un soleil qui descend du singe. Un mur chausse du 34. On a connu plus beau Verbe qu'aimer. Il y a « décéder »  « vivre » Et « conifère ». On ne change pas la couche Du chien. Un sommeil m'allège Du poids vide. Un boxeur Cligne de l’œil. Un miroir à dents brisées Échange un dentifrice Au supermarché. On compte les secondes Avec ses doigts de pied. J'ai une chaise dans le crâne Et un savon sous mon pied. Je glisse, glisse.

Jésus sanguin

Un clou immense Dans le cœur. Des Jésus sanguins Se baladent Dans mon corps. Je ratiboise mon dernier Cheveu Avant de partir Au galop sur mon hélico. Des vertèbres d'or, Une mandibule Orange, Un pied rouge Et un œil méta-communiste. Les irritations que le monde Tire de ma narine gauche Démontrent que le monde Est rond. Des lunes équilibristes Soufflent de l'air chaud Sur le dernier martien. Chantons dans nos ventres Et nos paupières paupérisées. Descendre de nos cendres Futures et qualifions Dieu d'usurpateur D'identité.

Jeu d’échec

Je suis un homme-gratte-ciel. Mon visage se décuple et je sors Du réel comme un long serpent.
Des mimosas autour du crâne, Un cheval FOU au pied, J'ai les yeux qui se contorsionnent Pour regarder ma tête.
Six mille prières par jour Dans mon ventre, Je souris aux morts et salue Les vivants. La mer m'emporte jusqu'à la dinde Rouge.
Des fleurs dans un bocal S'exercent à l'amour. Ma main glane les verbes Qui s'envolent.
Je parle aux murs et leur décris Les arbustes du monde moderne. Un coiffeur d'ombre me rase la tête.
Des couches pour bébés coulent Jusqu'à la sirène de Paris. Une écharpe s'échappe Du jeu d'échec.
On coopte nos poils Pour rhabiller le vide. Je chante le bleu Du miel.

Chausseur

Des kilos de montres Dans le ventre d'un homme. Une clé tombe dans le cosmos. La vie ressemble à l'anagramme De « Géorgie ». Mon monde à moi Tourne autour du sommeil. Des étoiles voilées Grattent un loto. Je ne crains pas De perdre des jours, Je crains juste de perdre Des poèmes. Les vacances, Le soleil, La plage, Les nains de sable Et un gâteau Au citron. « -qui êtes-vous ? Je suis le chausseur de lune » Un mur scindé en quatre autobus Distincts. Des gorges nouées Par Moïse. « A table !! » Dit ma mère.

Perchoir

Des fantômes méridionaux Achètent un magazine. L'ours que ma mère M'a offert Ressemble Au chapeau de Dieu. Une voiture vole Au-dessus d'un nid De coucou. Mon ombre cherche Mon corps Et des sandales Gravent au sol La bible fois deux. Un grattage de tête Pour mieux comprendre Le monde, Des flammes entre les dents Et des rossignols Chancelants. Couper sa vertèbre En deux fromages distincts. Les équipes de la mort et de la vie Jouent au foot. Le perchoir gagne.

Feu naître

Fenêtre au nombril, Les iroquois dépassent L'homme le plus rapide Du monde. Un cœur qui s'étend du Brésil A la Champagne-Ardenne. Des ustensiles utilisés Pour cuisiner les cieux. Un nombre incalculable De nombres dans Ma trachée. Ventre roulant Sous les cerveaux Et évaluant le bruit Des animaux Biscornus. Un cancre réécrit la Bible. Mon chapeau se démembre Et PART vers les arbres Chétifs. Le cheveu d'un cheval Galope jusqu'aux ombres Rieuses et danseuses.

Kodak

Kodak Kodak Zoomm Zoom Zizaille Photo ! ¨Photo ! Kodak kadok Slash Slash Homme + Femme Bébé bébouille La foirefouille Feuillage Kodakodak Zoomique Zoomique Elegance Et les gants Dans la chance Kourbe Arc-en-miel Bévide Baplein Ostriche Echappé De soie