Articles

Affichage des articles du octobre, 2017

oeuf

Une clef dans l’œuf, Les oisillons avalent Des serpents Sous l'eau. Un arbre de cent ans mon aîné Tombe sur mon crâne. Je me relève, Attrape mon oreille Et je prie dans un hôpital De cerveau-puzzle En attendant que le monde Tombe dans la voie lactée.

Labrador

Une créature invasive Qui crée des images, Un soleil trop lointain Du sol pour réchauffer Les rats, Le visage s'encastre Dans un autre visage Et les langues tombent des arbres. Je chante entre les mots Pour garder la parole fraîche. Je dors entre les fenêtres, L'ampoule tombe sur mon pied, J'attrape la dernière tomate Dans mon frigidaire Et l'offre à mon cerveau. Les cellules grises, La peau blanche Et l'oreille rouge, Des miroirs aux yeux. La voiture se perd Sur la route, Le temps de guérir De sa propre vie Qu'on oublie La beauté d'une coccinelle Ou d'un dinosaure A la crèche. Longeons le cercle, Traversons le triangle Et devenons
Des labradors à tête carrée.

Les étoiles

Des chaussures aux yeux, Je marche dans Harlem Le soleil au plafond de ma chambre, Les étoiles défilent pour une marque De lingerie. Le sommeil des Dieux est de plus en plus Profond. On garde un couteau dans la main Si une abeille nous attaque. Le verbe se cache sous mon lit, Je déshabille un croque-mort Pour voir s'il danse. Il ne danse pas. Sauf la danse des canards. Des canards morts, Ayant avalé des couleuvres Et des lunes. Les bateaux s'installent dans mon salon, Je regarde par la fenêtre Les gens clouaient leur poumon. Un écran d'ordinateur indique L'heure du prochain train. Direction Memphis ou Saint-Denis. Les hôpitaux psychiatriques Me sont interdits. La lampe illumine la bouche du malade. On trempe nos pieds Dans l'espace, Avant de les poser sur Pluton. Le soleil brûle les visages Des fourmis. Un rat attaque une chanteuse. « Summertime, and the livin is easy ». Les carottes tombent dans la casserole, Les joueurs de cartes se posent Sur la plage, Un s…