Le doux rêve

Le doux rêve qui m'habite
Comme un moine
Me fait revenir à mon enfance.
J'avais des cheveux plus grands qu'une péninsule,
Je jouais avec les dès que ma mère me jetait.
Je regardais les voitures passer
Devant moi avec l’œil humide
Car ce sont elles qui m'ont forgé
Mon goût de la poésie.
Je mangeais des pâtes,
Des pâtes,
Oui mais des Panzani,
Et j'avais des pansements
Aux genoux parce que j'étais tombé
Au foot le jour de mes 4 ans.
Je faisais du vélo
Avec mon père
Le matin de mes 3 ans.
Je regardais la télé
Pendant que la fenêtre miaulait
De toute son âme.
J'étais un enfant,
Et je faisais caca comme tout le monde.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Escalade

Poisson

Chouette