Visage

Le corps est en trompette.
Je souffle, je souffle,
Rien ne sort.
La lumière affaiblie
Mon visage,
Les écureuils se trompent
De saison et gèle en hiver.
Un homme de quatre ans mon aîné
Demande aux autorités
D'arrêter la production de lait.
Le vent circoncit les arbres,
Une lune se sert à manger
Dans un gros bol de soupe.
Un éclatement du cœur
Me permet de parler
Aux oiseaux.
Je ne prête pas mon anniversaire
A d'autres.
Les murs tombent un à un.
Une laine couvre mes paupières.
Je joue avec les mains de Dieu.
La vie est étourdie,

Elle a oublié sa fin.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Escalade

Poisson

Chouette