Blessure

Vaporeux comme le sable
Dans mes narines,
Je compte le nombre de condamnés
Dans mon ventre.
Un ciel fait l'amour à la mer
Et les poissons sautent
Jusque dans les mégalopoles.
Paris s'agite et lance sa langue
Sur la Tour-Eiffel.
Des petites pièces de monnaie
Se trouvent
Au fond de ma gorge.
Je démonte mon corps
Pour qu'il ressemble
Enfin à une statue grecque.
Les anges passent
Dans les dîners de Noël.
On picole et on trinque
Pour le poumon
Qu'on a pas perdu.
L'église sonne,
Mon oreille bourdonne,
Et j'écrase mon pull
Au sol
Pour lui donner
Une apparence humaine.
Un jet d'ongle
Et tout est dépeuplé.
La blessure
Que l'on a depuis 6 ans
S'agrandit de plus en plus.
On mange du pain
Sans fromage
Et on touche son nombril
Pour prendre conscience
De notre naissance.
Le verbe haut
Et le regard dur,
On avance vers l'incompréhension
De la vie
Comme on avance dans les tranchées.
Je tombe du ciel
Comme un marin
Tombe dans l'eau,
Je nage jusqu'à l'avion
Le plus proche.
La Macédoine n'est pas loin.
On a la vie d'une momie
Ou d'un Sphinx.
La télé s'allume,
Et on s'endort

Au pied d'un matelas.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Escalade

Poisson

Chouette