J'ai des hiéroglyphes au nombril.

La lampe qui m’asperge de lumières
Tombe.
J'ai des hiéroglyphes au nombril.
Je me jette dans un nuage blanc,
Je cours entre les vignes
Pour obtenir le peu de vin
De Dieu.
Des soupirs et de la bave aux lèvres,
Je tape sur le dos de mon chien
En attendant le retour des morts.
Un siècle bluffe,
La mécanique s'arrête,
Jésus est dans le wagon,
Albert Einstein dans le désert,
Le couple que forme l’hôpital
Et le ciel se défait.
Un divorce de plus.

Une mer en moins.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Escalade

Poisson

Chouette