La nuit féconde


La nuit féconde, puis s'instruit
De l'immense caillou bleu aux millions de fissures
Qui se jongle lui-même.
Les étoiles boueuses, crasse de l'oubli
Font virevolter leurs lumières
Comme des peines aimées.

Le temps s'acharne à ralentir
Son bonnet lui écrase le nez,
Sa respiration se fait alors en année
Et chaque os de chaque homme
Plis doucement

Nous devenons des fesse-à-terre
Les mâchoires, des puits de dents noires,
Ou se cache nos lèvres
Ces langues coupées à la parole.

Le vent s'inquiète,
Voyant son frère allongé,
Lui jette des cumulo nimbus,
Ces fesses blanches qui lèveraient un bataillon.
Puis la nuit s'éveille,
Ce n'était qu'un affreux cauchemar.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Escalade

Poisson

Chouette